Les actualités de la Fedaba

MESSAGE D’ADIEU DE L’ASSOCIATION FEDABA A L’OCASION DES OBSEQUES PAUL BALOMOG AU CAMEROUN

MESSAGE D’ADIEU DE L’ASSOCIATION FEDABA A L’OCASION DES OBSEQUES PAUL BALOMOG AU CAMEROUN

Chers compatriotes du Cameroun,
Chers frères et sœurs Basaa, Bati, Mpôô,
Chère famille IMANDI

Cher Paul,

Toute perte d’une personne bien aimée est douloureuse, celle d’un frère artiste, guitariste, professeur de chant, de danse, animateur et membre de la FEDABA est bouleversante, inacceptable, voire inconcevable lorsqu’elle est inattendue et surprenante

La FEDABA est triste mais présente pour te dire adieu et te rendre un dernier hommage.
Nous, membres et sympathisants de la FEDABA (…) qui ne t’avons connu qu’en Europe et non au Cameroun où tu as passé ton enfance et adolescence, avons bénéficié de ton immense talent humain et défenseur de ta tradition à travers ta musique.

Tu pars avant nous, bien trop tôt, bien trop vite… Et ta disparition nous rappelle comme une

Evidence que nous sommes finalement bien peu de choses et qu’il faut profiter de chaque seconde, de chaque minute ici-bas.


Combien nous avons été très heureux et admiratifs que tu te sois investis sans condition en nous accordant pendant de nombreuses années des spectacles et cours d’assiko ; Qui ne se souvient pas à Fontenay-sous-bois (Paris-France) des spectacles scéniques aux fêtes de La Madelon, fêtes de la Musique ; nos sorties et présentations d’ouvrages basaa …les cours de danse d’assiko au Gymnase Joliot Curie …Tu savais faire beaucoup avec si peu,…

Tu savais cultiver l'amour et l’amitié entre les peuples… tu attirais la foule lors de tes spectacles associatifs pour partager notre culture africaine …

Comment oublier ta rythmique accélératrice de la guitare pour accompagner tes danseurs/ses sur scène ? Comment oublier tes ambiances avec cris et éclat de rire ? Comment oublier le sens de générosité envers tes amis musiciens, ton groupe d’animation, tes membres de la famille, …tu as toujours été attentionné et aimant … Impossible d’oublier Ta mémoire Paul. Tu seras toujours honoré et gravé dans nos cœurs.

Sache que Tu laisses un vide immense derrière toi. Et c'est avec beaucoup de tristesse, de compassion que nous présentons nos plus sincères condoléances à ta fille, tes parents et ta famille. Nous leur témoignons notre soutien dans ces moments douloureux.

Pour nous, membres et sympathisants de la FEDABA, tu n’es pas parti. Ton seul héritage musical en langue basaa, nous accompagnera très longtemps, même toute notre vie.

Nous te remercions pour ton investissement tout au long de ta vie pour la survie de notre culture et de nos valeurs traditionnelles.

Que nos ancêtres appuyés par la puissance de Dieu tout puissant, t’accueillent en paix là où tu iras te reposer.

Adieu Cher frère Paul.

Signature : Tous et toutes, membres et sympathisant/tes de l’Association FEDABA


HOP U NLÔÑ FEDABA I MAÉYA MA SO NGWEL NSON
Paôlô BALÔMÔG

A bigwéha bon ba Loñ Kamadun
A Bilôg biké gwés, bôda ni bôôlôm ba Basaa, Bati, Mpôô,
A bigwéha gwés bi Lihaa li IMANDI
A gwéha yés ni manké Paôlô BALOMOG,

Ndutu i yé keñi ñem u mut kiiyaga, ngéda ñañ u nyemb u mut u yig, u mpuhe nye. Hala nyen yimis i manké wés Paôlô, Mbôn nkôt hiluñ, malét tjémbi ni masak, nu a bag ki mut manyingha ni jô i nlôñ u FEDABA i nsés ni mbôg bés mônga ma nyuu.  

Paôlô nu di séblag le : Pôlô, a bag suñ jô yada, i kété nlôñ wés. I kété ba kôt, ba sak, ba hôlôh Isikô, a yé nu a bi kwo nkaa ni bés le Mbok ni bisélél gwé bi hôiba bañ, ndi to nimil ikété libag li Man Basaa to hee a yé.

Pôlô a bi neebe i ti jôga jé li ngéda i niiga baudu ba sukulu  FEDABA, i gwéh ni sak masak més kikii bo Isikô. Inyule “Bakana ba sitima, hi wada ni i wé su u nson”. Pôlô, nye, i sibde manganda, ntuba, kôô u Isikô ni bod tjémbi, i wé u su nson a banñga i pôla yés. A bé hôñôh likoda li FEDABA ni ngweege yé ini.

A bag nyetama i kété bôt ba Mintuk i sal ni bés, i ba bé i bat bés nsaa, to i éba bés le a gwé bé ngéda. A bi nog ni yi le sañ i nson unu, i yé inyu hikiki Man Basaa.  A bi tiba nyemede nkikib le Hop, Masak, libag ni mam ma Mbog yés, ma hol ikété bon ba Basaa inyu bés ba di bi keneg i gwañan biloñ inyu i yéñba. “Ndi kikii i nômôl i yañan loñ, li ta bé mayo,” jon i boñ le di tééda libag jés, i ba bé i noñba libag li biloñ bi di yéne, Pôlô a tindge : hop, masak ni ntuba i kété yés, ni ngandag mahak ni hiol hi nyetama a banñga kiñ. Mu nyen di ga ba di nhoñlene nye.

Hala ni nyen inyu i nit, i lona mahoñ ni i yidih nlôñ wés, Pôlô, ntel a n’yén ni bés hana i loñ Pulasi, a bi tiide bé to kel yada i lo i hôñôh mangand ma nlôñ wés i tison i Fontenay-Sous-Bois. A tinag ngéda i, i ba bé i bat bés nsaa, kikii bon ba Basaa bape ba ba nsal nlélém bôlô kii nye. I ndun ini a ntiba yo inyule libag jé li ngembe man basaa li bi ume bé nye le a kôm bilôg bi nyañ mbus. Pôlô a tôbôg ndig bé tjémbi di MboK basaa, ndi a niñig ni libag li Man Basaa.

Bod yés ñem i bag le di ga kônde tehna kii a bi bôn bés le a ntémb i Kamadun, ndi a mba a lo i yuuga bés. Bés ni bana “Je u mbukne i tôk.” Di ga tehna ha bé a Man Tata. Kiñ yoñ i ntuba, li siblene joñ li manganda, hiol hioñ gwon bi nyégle i pôla yés. Mu nyen di mba di nhoñlene we, a So Ngwel  Nson wés.
Bénge ni le, iloole nlôñ wés u pôdôl nyemb yoñ, u mpohol i pôdôl niñ yoñ di ntégbaha ntôñ. Jon di nla bé hôya le : Niñ i yé kikii tatam jangôlô. Nyemb i yé mañ wé, tén jangôlô yomede i yé Gwéha. Inyu yés, u nhiahba ndig hana mbus mbéga i niñ. U hôya bañ i kônde jôl bés sañ nyoo, lakikii u yé ki nano ni Basôgôl, inyule u ntémb i homa niñ i nlôl.

Keneg longe Pôlô, bés ba u nyég, di ga ke ni bisu i jo Sañ le Hop Basaa u wo bañ, le u niñ, le  u hol, le u pôda ikété mahop mape.  Ô’ôôô a Man Tata.

Bés, Ba nit, Ba Bot, Baudu, bijô bi bôt ba nlôñ u FEDABA


© 2021 Fedaba. All Rights Reserved. By Wapcom